Muhammad Yunus plaide pour l’entrepreneuriat social à l’EPFL



L’Ecole polytechnique lance un centre dédié à la résolution des défis sociaux les plus pressants. Il porte le nom de l’inventeur du microcrédit et lauréat du Prix Nobel de la paix 2006

L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) se voit au cœur d’une future Silicon Valley de l’entrepreneuriat social qui sera dédiée à la résolution des défis sociaux les plus pressants. La grande école a lancé lundi le Yunus Social Business Center ainsi que l’initiative Social Impact. «Nous sommes à la pointe de la technologie ainsi que des recherches de tout genre pouvant donner une impulsion à la création d’entreprises», a déclaré à cette occasion le professeur Marc Gruber, vice-président pour l’Innovation.

Selon Marc Gruber, l’EPFL, qui est entourée de multiples organisations comme le CICR, le Forum économique mondial, Médecins sans frontières, peut contribuer efficacement à remplir l’Agenda 2030 pour le développement durable fixé par l’ONU. «Nous ne sommes pas en concurrence avec les organisations non gouvernementales (ONG), qui accomplissent un grand travail, a-t-il ajouté. Pour notre part, nous allons privilégier l’entrepreneuriat social.» L’EPFL lancera aussi une offre éducative sur ce thème ainsi qu’un enseignement en ligne (MOOC) intitulé «Social Venture».

Réinvestir les profits

Qu’est-ce que l’entrepreneuriat social? Il est revenu au Bangladais Muhammad Yunus, Prix Nobel de la paix 2006, présent à l’EPFL pour l’occasion et dont le nouveau centre portera le nom, d’en donner l’explication. «C’est une entreprise qui ne partage pas de dividendes et qui réinvestit les profits dans son propre épanouissement», a déclaré celui qui est connu comme le père de microcrédit, un concept qui s’est propagé aux quatre coins du monde.

The Ecole Polytechnique launches a center dedicated to resolving the most pressing social challenges. It bears the name of the inventor of microcredit and winner of the 2006 Nobel Peace Prize.

The Swiss Federal Institute of Technology Lausanne (SFITL) is at the heart of a future Silicon Valley social entrepreneurship that will be dedicated to solving the most pressing social challenges. The high school launched Monday the Yunus Social Business Center and the Social Impact initiative. "We are at the forefront of technology and research of all kinds that can give an impetus to business creation," said on this occasion Professor Marc Gruber, Vice President for Innovation.

According to Marc Gruber, which is surrounded by multiple organizations such as the ICRC, the World Economic Forum, Doctors Without Borders, can contribute effectively to the UN's 2030 Agenda for Sustainable Development. "We are not competing with non-governmental organizations (NGOs), which are doing a lot of work," he added. For our part, we will focus on social entrepreneurship. "The Swiss Federal Institute of Technology Lausanne will also launch an educational offer on this theme and an online education (MOOC) called" Social Venture ".

Reinvest profits

What is social entrepreneurship? He returned to the Bangladeshi Muhammad Yunus, Nobel Peace Prize 2006, present at EPFL for the occasion and whose new center will bear the name, to explain it. "It's a company that does not share dividends and reinvests profits into its own growth," said the one who is known as the father of microcredit, a concept that has spread to every corner of the world.

Lien vers l'article : https://www.letemps.ch/economie/2017/12/11/muhammad-yunus-plaide-lentrepreneuriat-social-lepfl

#Articles

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Qu'est-ce qu'un fonds de pérennité et à quoi sert-il ? Déjà adopté par des grands groupes tels que le groupe Avril, les laboratoires Pierre Fabre ou encore le groupe Varenne, le fonds de pérennité éco